Abonnez-vous gratuitement au Flux RSS Toute l'actualité
de la chimie en
Languedoc-Roussillon

Établissements Balard

Retrouvez les actualités par établissement

UM1
UM2
ENSCM
CEA
CNRS
IBMM
ICSM
IEM
ChemSuD
CED2
Ecole doctorale
ICGM
Accueil > Actualités > Pré-proposition des équipes Balard à l'AAP SUDOE

Pré-proposition des équipes Balard à l'AAP SUDOE

Octobre 2014
Le programme SUDOE (coopération sud-ouest France / Portugal / Espagne) a pour objectif de "soutenir les actions de coopération visant à la promotion de l'innovation dans des secteurs clés ou stratégiques des régions". Une pré-proposition sur les nanotechnologies a été déposé auprès de la région LR, qui inclut les équipes concernées du Pôle chimie Balard.


On trouve trois grands types d’acteurs privés en Biotech : les laboratoires mixtes Chimie-Biotech, les sociétés biopharmaceutiques et les PME Biotech. Sur les quatre régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin et Languedoc-Roussillon, on compte 1653 salariés utilisant des compétences en Biotech dont  1213 dans des PME positionnées principalement en R&D, soit 15% des salariés en PME Biotech au niveau national. Outre la maturité des différentes technologies et les besoins de ces différentes entreprises, le troisième facteur clé d’évolution conditionnant les besoins en compétence sont les nouvelles approches en R&D.

Dans ce domaine,  les nanotechnologies sont au cœur des métiers de la chaîne de valeur du médicament et de santé et identifiées comme des technologies émergentes en France avec des besoins à court terme en R&D. Les domaines d'intervention du projet concernent plus particulièrement les éléments constitutifs de la formulation du médicament, les nano-médiateurs, et les dispositifs médicaux à usage individuels, d'équipements et de diagnostic in vitro.

Le réseau CNanoGSO (régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin et Languedoc-Roussillon) recense 50 laboratoires spécialisés dans les nanosciences et nanotechnologies, toutes disciplines confondues, qui peuvent permettre de renforcer la compétitivité des ressources humaines en biotechnologies santé dans ces domaines en s’appuyant sur les infrastructures de l’innovation présentes dans les régions concernées. Outre les nombreuses forces en présence au sein du GSO qui pourront intégrer le projet tant au niveau académique au travers du réseau CNanoGSO que des acteurs privés en Biotech santé, il paraît indispensable d’y associer les instituts et les entreprises aux compétences complémentaires situées en Espagne et au Portugal.