Accueil > Accès Directs > LabEx > Présentation de CheMISyst > Thématiques CheMISyst

En matière de recherche, de formation, de valorisation imprimer


 

Dans le futur, l’enjeu de la chimie sera moins de synthétiser des espèces nouvelles, que de découvrir des combinaisons aux propriétés innovantes insoupçonnées.

 
Cette approche est la clé de la chimie interfaciale, qui vise à étudier des phénomènes complexes comme les interactions des ions et molécules adsorbés dans/sur des structures solides hôtes, et de relier les effets sur leur conformation, dynamique et réactivité avec les caractéristiques géométriques et électroniques de ces structures.

Cette approche est également la clé vers la construction bottom-up de systèmes "intelligents" capables de répondre à des stimuli externes et / ou de manière sélective reconnaître, encapsuler, transporter ou transformer chimiquement des ions et des molécules dans les liquides, solides ou de gels.

La chimie des "systèmes moléculaires et interfaciaux" est un thème transverse aux quatre Instituts de Balard, fondé sur la connaissance et la modélisation des interactions à longue distance.

Elle s'appuiera sur l'action CECAM à développer sur Montpellier. Cette approche "chimie des systèmes" offre à leurs projets de recherche respectifs un horizon de dépassement à moyen et long termes, avec une résonance dans la chimie du recyclage de la matière utilisée économiquement.

Le projet CheMISys est structuré autour de 3 axes.

  • synthèse de nouveaux matériaux pour l'énergie (catalyseur, membrane...) et la santé ;
  • développement des procédés pour la séparation, la décontamination et le recyclage de matière organique et inorganique ;
  • développement des procédés biomoléculaires pour des applications médicales.
 

CheMISyst a vocation à promouvoir la création de formations innovantes et leur attractivité nationale et internationale, favorisant ainsi l'intégration des élèves diplômés sur le marché du travail.

L'offre de formation actuelle, qui couvre les différents domaines de la chimie et de ses interfaces avec les sciences de la vie, la physique et le génie des procédés, est déjà bien en phase avec les axes stratégiques du projet CheMISyst. Cette offre couvre tous les niveaux en formation initiale et continue, du DUT au doctorat, en passant par l’ingéniorat.

La clé de voûte du projet CheMISyst est la création de quatre chaires à vocation internationale.

Ces chaires seront associées avec les trois axes stratégiques (matériaux à tâches spécifiques, séparation, décontamination et recyclage, et systèmes biomoléculaires spécifiques) et le thème transversal du projet, à savoir les interactions à longue portée.

En collaboration avec les détenteurs des chaires, CheMISyst aura en charge l’organisation annuelle d’une école d’été internationale sur la chimie des systèmes, sur la base minimale de sept jours et trente-cinq participants et conçue comme une extension des thèmes de l' European Practical Summer School of Separation Chemistry, annuelle depuis 2007.

Cette évolution continue dans le contenu de l’offre de formation s’accompagnera par une amplification de son internationalisation, déjà bien réelle.

A noter, en fer de lance, le master européen Erasmus Mundus EM3E coordonné par l’UM2, le master EMASCO-COSOM de la fédération Gay-Lussac piloté depuis Regensburg et le Master Chimie séparative, matériaux et procédés. Ce master, sélectif et généraliste qui couvre l'ensemble chimie séparative et énergie nucléaire est en cours d’internationalisation. De nouveaux projets de partenariats internationaux sont actuellement en construction, notamment avec la Chine (ENSCM).

Un autre axe important concerne l’amplification de la formation technologique. 

Cela se fera via la constitution d’une plate-forme technologique mutualisant les moyens déjà existants sur les différents sites (UM2, ENSCM, CEA et EMA) et créant des outils complémentaires comme la plate-forme technologique dédiée aux masters (UM2).


Une originalité du projet est l’intégration / immersion d’entreprises sur les sites de recherche.

  • Centre d’Innovation et de Transfert de Technologies Balard (campus Balard, Montpellier) : le CIT (2 000 m²) sera dédié à l’hébergement des "jeunes pousses" (starts up) générées par les innovations développées dans les Instituts.
  • Incubateur Galéra (Montpellier) : cet incubateur de 140 m² de laboratoires et bureaux permet d’héberger ponctuellement des équipes-projets issues de PME.
  • Hôtel d’entreprise Balard (CRDI, campus Balard, Montpellier) d’une superficie de 4 000 m².
  • Incubateur technologique InnoV’up à l’Ecole des Mines d’Alès.
  • Réserve foncière du Parc Marcel Boiteux à Marcoule : un critère de succès à quatre ans du LabEx CheMISyst serait le démarrage effectif de démonstrateurs de recyclage de métaux, polymères bio sourcés et résidus de fabrication sur ce site.

Le projet de valorisation s'appuiera également sur la SATT, en cours de création.


Les quatre partenaires industriels (Total, Areva, Sanofi et UIC), membres fondateurs de la Fondation Balard, participent à la vie du LabEx :

  • dans son fonctionnement,
  • dans l'organisation de colloques de type "Solvay", destinés aux grands groupes et (séparément) aux PME.
Dès les premiers mois de fonctionnement du laboratoire d'excellence, des partenariats à long terme seront proposés aux grands groupes, comme Rhodia pour le recyclage des métaux stratégiques, ainsi que des contrats d'externalisation de la R&D au sein des équipes du LabEx et ayant accès aux infrastructures dans le cas des PME pour la mise au point de nouvelles membranes.
 
 

L'interface avec les PME se fait via les pôles de compétitivité TRIMATEC et EUROBIOMED.